Sitajoeblack's Blog

29 mai 2010

Le peuple ne peut plus supporter les racailles!


29 mai 2010
On ignore qui est l’auteur de ce message qui circule sur le net , nous le faisons suivre, alors ne vous gênez pas pour faire de même.

LA GRANDE RATONNADE APPROCHE…..


Nous sommes en 2010. Tous les voyants de la Grande Ratonnade qui se profile sont au rouge. Le Pouvoir, qui a retenu pendant 20 ans le flot croissant de mécontentement contre les racailles, est en train d’ouvrir les vannes. Traduction : il va y avoir du sport.
CHARLES-LE-GRAND (MALPENSANT)
Voici ce que disait le Général de Gaulle à son ministre Peyrefitte, en mars 1959 :
« Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas, vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très intelligents. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se séparent de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber 10 millions de musulmans qui demain seront 20 millions, et après demain 40 ? Si nous faisons l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! ».

UN PEU D’HISTOIRE POUR LES ENFANTS:
Il y a 55 ans, en Algérie, 100 000 soldats français ratissent les Aurès pour débusquer ceux qui formeront bientôt l’ALN, l’armée de libération nationale. Puis, devant la guérilla, la France finira par envoyer Bigeard et ses paras pour mater la révolte à Alger. Peine perdue.
Le 17 octobre 1961, en réponse au massacre de 21 policiers en Algérie, le FLN brave le couvre-feu et envoie de pauvres manifestants algériens des bidonvilles de banlieue parisienne contre les CRS de Papon. C’est un carton. Défaite «militaire », mais victoire politique.
A Alger, l’OAS, qui emploie des types comme Mesrine, multiplie les éliminations politiques et les attentats.
C’est le chaos, et de Gaulle siffle la fin de la récré à 25 000 morts côté français, contre 250 000 côté Algériens (plus 70 000 harkis après 1962).
Sur une population de 10 millions d’âmes, 7,5 millions de musulmans et 2,5 millions de pieds-noirs ne peuvent plus vivre ensemble. C’est « la valise ou le cercueil », selon la propagande nationale.
Plus de 2000 Français sont enlevés, et assassinés (dont le père de Jean-Pierre Foucault). Le message est clair : 1 million de pieds-noirs sont rapatriés d’urgence, sous la protection de l’armée française, alors que la métropole en attendait 5 fois moins. On connaît la suite. Installés en majorité dans le sud de la France, ils formeront plus tard les gros bataillons du vote FN des années 80-90.

En 2010, quelle est la situation ?

Côté Algérie, la Révolution a foiré, confisquée par une caste qui détourne à son profit la manne du pétrole et qui taxe les importations de produits de première nécessité.
La junte des généraux se fout bien du peuple, et la domination française a laissé place à une dictature militaire. Il n’y a plus d’agriculture (l’expérience socialiste des années 70 calquée sur le modèle soviétique a été une catastrophe), et toujours pas d’industrie. Ce sont les Chinois qui construisent les autoroutes. Et le courant passe mal entre Algériens et Chinois. En 1988, la jeunesse se soulève. Les militaires ripostent. En 1991, le processus électoral donne la majorité au FIS (Front Islamique du Salut). La Sécurité Militaire laisse monter le chaos et réprime dans le sang. La guerre civile fera plus de 60 000 morts en 10 ans. 30 000 Algériens fuiront la répression vers la France. Le FIS sera plus épargné que la société civile, qui ne demandait qu’à s’ouvrir. La démocratie algérienne est morte : politiquement, il ne reste que des génér aux et des islamistes, qui ont dealé dans et sur le dos du peuple. Toujours le même schéma.
Parallèlement, l’Algérie ne pouvant nourrir ses enfants, des centaines de milliers d’Algériens émigrent vers la France et participent au développement de notre pays.
Actuellement, 1 million d’Algériens vivant chez nous votent aux élections algériennes, quand il y en a. En tout, naturalisés ou pas, 3 millions d’Algériens vivent en France. C’est de loin la plus grande communauté après les Français de souche. En France, l’afflux d’immigrés couplé à la crise a freiné leur assimilation, ou leur intégration. Il en résulte chômage massif, ghettoïsation, et violences contre les personnes.  Comme en Algérie en 62, les communautés, qui étaient plus ou moins mélangées, se séparent. Le pouvoir français désigne désormais l’immigré comme bouc émissaire de la crise. Un immigré qui n’est pour rien dans la mondialisation et les délires financiers transnationaux. Mais les racailles ont eu raison de la patience nationale : trop de délinquance, trop de déficience éducative, trop de déscolarisation, trop de trafics, trop d’insultes. Il suffit de voir le dimanche comment se comportent les équipes de foot de jeunes pour comprendre le problème. Les intellectuels juifs (BHL se nomme lui-même ainsi) et les hommes politiques, qui protégeaient auparavant les immigrés contre le « nationalisme » français, font désormais tout pour que les Français retournent leur colère contre eux. Le remplacement de Dray par Copé (en tant que Monsieur Immigrés), de BHL par Zemmour, qui tirent tous contre l’islam et les immigrés, dans leur symbolique (le voile, la burqa, les minarets) et dans leurs manquements (éducation, discipline, loi), est un des signaux de ce changement. Un officier de police du 93 commente pour Le Parisien du 20/04/10 la nomination de Christian Lambert, « flic d’élite à poigne » : « Il n’y a pas eu de laxisme dans le traitement de l’insécurité. Maintenant, si on choisit la logique de la fermeté à outrance, il y a aura des affrontements et d’autres tensions. Il faudra l’accepter, c’est tout. »  Comme pour le contingent français en Afghanistan.
La suppression des allocs pour les parents dont les enfants sèchent l’école est un autre de ces signaux : tout le monde a compris qu’il s’agit d’un euphémisme pour « immigrés ». Une façon de punir la « production » de racailles dans la cellule familiale. La racaille étant entendue comme le jeune immigré ou issu de l’immigration qui n’obéit pas à nos lois. Écrites, et non écrites. Celles du respect de l’autre. Hortefeux montre les biceps, et dénonce un bouffon qui a 4 femmes et un peu trop d’allocs.
Le cas rêvé.  Une manif pacifique contre le viol d’une jeune fille est conspuée par des racailles et leurs familles, qui accusent la victime de… « provocation »!
La température monte.  Et les Français ne vont pas défendre les racailles. Ces derniers en ont trop fait, ils ont été trop loin. Le désir de vengeance de la majorité silencieuse est tel que si le Pouvoir donne l’autorisation, il y aura des lynchages, des bavures, des meurtres.
Quand un môme de 12 ans insulte sa prof, on a tous envie de le corriger. Quand un autre la poignarde, c’est pire. Désormais, tout le monde se fout du contexte (famille monoparentale, chômage, banlieue, cité, exclusion, etc.), toute la bouillasse socialisante cucul la praline qui excuse tout.
Le temps de la sociologie est passé.
Tout le monde se fout des conditions historiques, parce que la Grande Ratonnade se prépare. Le peuple de France ne veut plus être insulté sur son sol, et le crédit de la culpabilité post-guerre d’Algérie est épuisé. Les associations antiracistes, qui étaient utilisées pour encadrer et réduire le sentiment national français, et défendre en les « comprenant » les exactions des racailles contre toute logique judiciaire, tout en faisant semblant d’endiguer un racisme forcément français, seront balayées. Et leurs manipulateurs avec.
Ceux qui ont instrumentalisé la violence des banlieues pour se faire élire ou pour gagner du pouvoir, le perdront.  Comme les généraux en Algérie, qui ont contrôlé les maquis et favorisé l’enrôlement dans les groupes armés islamistes.  En déportant et torturant des milliers de jeunes dans les années 90, les généraux ont fabriqué une opposition paramilitaire qui justifiait leur propre présence à la tête de l’Etat, et la confiscation –toujours provisoire- de la démocratie.  De démocratie, il n’y en eut jamais, en Algérie. Sauf peut-être pendant la parenthèse Boudiaf, jusqu’à son assassinat, commandité par les mêmes généraux.  Parfois, le rideau s’ouvre et l’on aperçoit des choses… qu’on a du mal à croire. Comme ces services de Renseignement qui organisent leur propre terrorisme…  En France, le peuple ne peut plus supporter les racailles. Qui sont vomies. Partout, et surtout sur le net, qui a 3 ans d’avance sur LE média unique, donc sur le politique. Il suffit de voir la dureté des réactions après les exploits des racailles… sur le site du Post, ou du Figaro. On ne parle même pas de Fdesouche, où la cause est entendue. La peine de mort y est très regrettée. Pauvre Badinter, qui croyait faire avancer la démocratie française… et qui a ouvert un boulevard aux exactions les plus barbares. Le cadre juridique de la guerre contre ces nuisibles est en train de se mettre en place. Malgré l’analyse de Thomas Legrand, l’éditorialiste de France Inter, avec sa gentillesse et sa tête de boloss :
« Le signe est évident, les cow-boys débarquent dans le 9-3. »  Et tente de tempérer : « C’est le département qui donne le plus de médailles aux Jeux Olympiques à la France. »  Sauf que les athlètes, c’est pas les racailles, connard, aurait dit Bigard.
Thomas, ou le symbole imbécile d’une gauche qui n’a jamais pris la mesure de la manipulation qu’elle véhiculait. SOS Racisme a baisé les immigrés ET baisé les Français.  On n’ose imaginer Thomas Legrand défendant les racailles dans une cité contre les milices punitives. Durée moyenne de survie, 5 minutes : « Je suis antiraciste, je suis de gauche, je suis votre ami, ne me frappez pas ! »  Bim boum paf. Aujourd’hui, la compréhension fait place nette à l’organisation de la répression.
Les forces de police engagées contre la racaille ressemblent étrangement à des sections militaires : entraînement, matériel, armement, uniforme, latitude d’action… ça sent l’antiguérilla. Comme à Alger. Il y aura des morts, et les gens applaudiront. Et quand il y aura riposte racaille, il y aura manifestation monstre de soutien pour ceux qui auront abattu les nuisibles en question. Il sera difficile pour la Justice de garder les nettoyeurs républicains en taule. Une taule composée à 80% de racailles.
Le vivre-ensemble, la République, sont en jeu, c’est rien de le dire. 50 ans après, c’est un peu le match retour de la guerre d’Algérie, qui se joue sur le sol français. Les lois antiarabes qui se profilent font penser au cadre juridique qui, de 1933 à 1935, a « permis » aux Allemands de persécuter leurs Juifs. On souhaite bien de la chance aux racailles qui jettent leurs dernières insultes, leurs derniers glaviots, contre la France et les Français. Ils n’ont évidemment pas saisi le danger. La France est en train de mettre sa démocratie entre parenthèses le temps de s’occuper de leur cas.
Après, on verra…
Source: sitavirus
Publicités

6 commentaires »

  1. Ils ont raisons , la société ne peut plus vivre tranquillement avec ces racailles.
    Je suis un enfant de 15 ans qui vient de se faire raquetter et agresser et je pense qu’il faudrait mettre un terme a tout cela (pour le bien et pour la paix des gens.).
    Quand je pense que tout cela a entrainé beaucoup de Drames et de conséquences….
    (Racismes (je les comprends un peu , on ne peut les blamer) , meurtres , viols , raquettes etc… )
    Surtout quand je pense aux deces et aux agressions par des abrutis sur juste des gens qui veulent vivre en paix et normalement.

    Je ne peux plus (et on ne peut plus) supporter ca ……
    Je voudrais vivre dans une société sans agressions , sa serait un monde meilleur d’apres moi ….

    Je veux juste qu’on me donne l’assurance de passer une vie saine et paisible sans le moindre soucis…

    Commentaire par Lloyd Irving — 8 novembre 2010 @ 22 h 54 min | Réponse

  2. J’ai 19 ans, moi aussi je me suis faite attaquer, on est plus tranquille, on est plus dans notre pays, tout le monde se fait attaquer aujourd’hui par des racailles, mais on n’a pas le droit de le dire, sinon c’est du racisme, voilà maintenant ou on en est !! c’est dégueulasse, le gouvernement nous crache dessous, et prône lui aussi la colonisation. On retourne véritablement en guerre, mais cette fois, ce n’est pas l’occupation allemande, c’est l’occupation africaine. STOP, ON EN A MARRE S’IL VOUS PLAÎT… j’en peu plus, je suis à bout de force, on n’a même plus le droit de les fixer ces « racailles », sinon nous nous faisons aggresser… Je veux vivre libre, je dirais même tout simplement : je veux vivre !

    Commentaire par Lili — 24 août 2011 @ 9 h 59 min | Réponse

  3. je suis metisse nee en france j’aime mon pays, de pere afriquain et mere francaise de souche j’ai etais agresse par des arabes mes aussi par des blancs je suis le cul entre deux chaises . Alors quoi fair pour ma part me peindre en blanc pour etre mieux integrée ?

    Commentaire par chienjaune — 22 novembre 2011 @ 21 h 00 min | Réponse

  4. racaille ne veux pas dire arabe…. racaille englobe un tout! Toutes personnes (black blanc beur etc ) qui foutent la merde dans notre pays. Et oui un jour ça va péter. Mais au lieu de cibler les banlieues (tous ne sont pas des racailles, la majorité travaille et tente de vivre normalement..), encore faudrait’ il que la majorité des gens qui, passe prés d’une agression, sans y prêter la moindre attention par peur des conséquences sur leur personne…ce bouge simplement le cul et fassent bloc devant ces sale cons, que ceux ci prennent une bonne branlée pour que ça change un peu leur façon de voir les choses. Que ces gars la au lieu de ce dire  » ils ont peur de nous, on ne craint rien, on fait ce que l’on veux ici !  » , mais plutôt, après une bonne raclée  » Oh putain on devrait ce calmer un peu les gens commence a ce rebeller » Et là oui ça ce calmera… ou le contraire. C’est un cercle vicieux mais contre une majorité il aurait beau y avoir toutes les racailles possible elles ne feraient pas le poids. Ces gens la comptent sur leur nombre, donc suffi d’être plus nombreux et motivé.

    Commentaire par Alim — 12 août 2013 @ 22 h 24 min | Réponse

  5. Aidez-moi! je ne supporte plus les noirs et les arabes!

    Commentaire par Martin — 19 décembre 2013 @ 19 h 34 min | Réponse

  6. Alors qu’il se rendait à la Défense, notre collaborateur Xavier Raufer s’est un jour égaré du côté de Nanterre. Il demande alors son chemin à quelques voyous à capuche qui le reconnaissent aussitôt, puisque souvent vu à la télévision. Ils admettent le bien-fondé de son travail de criminologue, mais lui assurent que les vrais voyous sont là-bas, au sommet des tours de cette même Défense. Et Xavier Raufer d’avouer : « Le pire, c’est qu’ils ont raison… » Que vous inspire cette anecdote concernant la délinquance des « cols blancs » ?

    Les « voyous à capuche » ne s’y trompent pas : ils savent où sont les « caïds ». N’a-t-on pas appris encore tout récemment que, grâce à des accords fiscaux secrets signés depuis 2002 par le Luxembourg, quelque 340 firmes transnationales (et non des moindres : Pepsi, Apple, FedEx, LVMH, AXA, la BNP, le Crédit agricole, la Banque populaire, etc.) ont pratiquement pu échapper à l’impôt, ce qui a fait perdre plusieurs dizaines de milliards d’euros de recettes fiscales aux États sur le territoire desquels elles réalisent leurs bénéfices ? Or, lesdits accords (« tax rulings ») ont été signés avec la bénédiction du nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui, en tant que Premier ministre du Luxembourg, a ainsi couvert de son autorité une vaste opération de spoliation « légale » des États. « Que dire d’une Europe qui prend le visage de M. Juncker, un homme qui, à la tête du gouvernement luxembourgeois, a organisé le pillage fiscal méthodique de tous les autres pays européens ? » a très justement déclaré Henri Guaino. Et que dire d’Emmanuel Macron qui, en visite à Bruxelles, a tenu à lui réaffirmer toute sa « confiance » ?

    Mais ce n’est là que la pointe émergée de l’iceberg. On pourrait tout aussi bien évoquer la façon dont les banques d’affaires ont, après avoir reçu des milliers de milliards de dollars de la part des banques centrales pour faire face à la crise financière de 2008, détourné la plus grande partie de cette manne, théoriquement destinée à faire repartir l’économie réelle, pour l’investir dans des marchés jugés plus rentables et des spéculations douteuses.

    Pourquoi en parle-t-on si peu ?

    On en parle de temps à autre, mais cette délinquance là ne gêne personne, parce que personne ne la voit. Les requins de la finance ne pourrissent pas la vie des « honnêtes gens » dans la rue, ils ne sont responsables d’aucune « incivilité », ils ne tuent pas pour s’emparer d’un téléphone portable ou pour une cigarette refusée. Ils font simplement à grande échelle ce que les racailles font dans le style besogneux. Ce sont des industriels de la prédation, quand les autres ne sont que de petits artisans. En matière de fraude fiscale, Jérôme Cahuzac et Thomas Thévenoud ont également beaucoup fait parler d’eux, alors qu’à côté des multinationales, ils ne représentent même pas la moitié d’une virgule dans une note de bas de page.

    Il semble qu’argent « sale » et argent « propre » coexistent de plus en plus, au point que les pandores ont le plus grand mal à s’y retrouver.

    Voyez la banque HSBC (Hongkong and Shanghai Banking Corporation), qui vient d’être inculpée pour des faits de fraude fiscale aggravée, de blanchiment d’argent sale et même d’organisation criminelle, suite à une enquête ouverte en Belgique il y a plusieurs années. C’est en effet l’un des traits caractéristiques de la grande criminalité internationale que profits licites et illicites se mêlent désormais dans une vaste zone grise où les radars ne permettent même plus de piloter à vue.

    Le grand public, qui ne réalise pas l’ampleur de cette criminalité transnationale (où la contrefaçon, pour ne citer qu’elle, est en passe de détrôner le trafic de drogue), ne sait pas non plus que la délinquance en col blanc échappe le plus souvent à toute sanction. Les chiffres dont on dispose donnent pourtant le vertige. D’après le FMI, sur un PIB mondial qui se montait en 2006 à 48.144 milliards de dollars (39.000 milliards d’euros), l’argent volé, détourné ou évadé n’a pas représenté moins de 1000 à 2.500 milliards de dollars (800 à 2.000 milliards d’euros). À eux seuls, les échanges internes des multinationales, dont les filiales s’activent pour échapper à l’impôt, représentent de 700 à 1000 milliards de dollars (560 à 800 milliards d’euros) par an. D’autres auteurs estiment que l’argent blanchi dans le monde représente 800 milliards de dollars (650 milliards d’euros) par an. L’économiste Gabriel Zucman évalue de son côté l’argent caché dans les paradis fiscaux à près de 8.000 milliards d’euros, ce qui représente pour les États une perte annuelle d’environ 130 milliards d’euros, dont 17 milliards pour la France. On est loin du casseur de banlieue, pour ne rien dire du Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica (1948) ! Nous sommes aujourd’hui à l’époque de la prédation généralisée.

    Commentaire par Je vois — 8 décembre 2014 @ 7 h 11 min | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :